Club Business 77 Seine-et-Marne

Club de chef d'entreprise et de dirigeants en Seine-et-Marne (77)

26 février 2007

Croissance économique: pourquoi la France est-elle à la traîne de ses voisins européens ?

croissance_europeDepuis la mi-janvier, le patronat, avec successivement l' Institut de l'Entreprise, la CGPME et le Medef, a fait irruption dans la campagne électorale au moment même où avec un taux de croissance de 2%, on apprenait que la France s'était placée en 2006 au 10ème rang des pays de la zone euro.

Tour à tour, les organisations patronales ont exprimé la volonté de se poser comme des acteurs du débat initié par les candidats à l'élection présidentielle.

Tandis que l'Institut de l'Entreprise rendait publique ses 15 propositions visant à faire renouer la France avec la croissance économique et la cohésion sociale dans un ouvrage collectif coordonnée par Michel Pébereau et Bernard Spitz intitulé " c'est possible ! Voici comment ... " dont vous pouvez télécharger un résumé ici, la Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises adressait aux candidats un questionnaire intitulé Impact PME également consultable ici.

A la question de savoir si le Medef roulait pour Nicolas Sarkozy, Laurence Parisot rétorquait, non sans un certain agacement, dans un Point Presse du 20 février dernier, que le Medef entendait se poser comme acteur dans le débat présidentiel, le livre " besoin d'air " se voulant un appui pour permettre aux chefs d'entreprise de s'y atteler et le blog besoin d'air ayant vocation à prolonger le débat.

l'OCDE s'invite, à son tour, dans la campagne présidentielle française en préconisant, dans son rapport Objectif croisssance 2007, une limitation de la hausse future du salaire minimum, une baisse des cotisations de sécurité sociale ou une augmentation de la prime pour l'emploi ainsi qu'un assouplissement de la législation de la protection de l'emploi qui pourrait croître en fonction de l'ancienneté.

Laurence Parisot s'est livrée, lors de l'assemblée générale du Medef du 25 janvier dernier, à un exercice de pédagogie économique permettant de comprendre pourquoi notre pays dont le taux de croissance annuel moyen était supérieur à celui du Royaume-Uni et des Etats-Unis sur la période 1960-1970 (soit 5,2%) ne parvenait plus désormais à créer des richesses à un rythme aussi soutenu que ces deux pays affichant un taux de croissance moyen de 1,6% entre 2000 et 2006.

Elle mettait notamment l'accent sur:

- le taux des prélèvements en France, lesquels sont passés d'un taux de 30% par rapport au PIB dans les années 70 à un taux de 44% aujourd'hui, soulignant que l'importance en France du taux des prélèvements obligatoires sur les seules entreprises,

- l'acroissement parrallèle (aussi paradoxal que cela puisse paraître) de l'endettement de l'Etat français qui n'a pas cessé de croître, passant de 20% dans les années 70 à 66% à l'heure actuelle, et qui permet de parer aux seules dépenses de fonctionnement du pays,

- l'abaissement de la durée de l'âge légal de la retraite et la durée annuelle du travail à l'heure où le nombre des actifs tend à devenir inférieur à celui des inactifs.

Cette démonstration permet d'appréhender les causes du déclin du taux de croissance en France. La vidéo étant désormais en ligne, plutôt que de trahir son propos, nous vous invitons à la découvrir (même si elle est un peu longue) par vous-même.

Pedagogie economique par L. Parisot
Vidéo envoyée par besoindair

Posté par ASSF à 06:55 - Conjoncture économique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire